Thursday, September 24, 2009


Newsletter du 24 Septembre 2009

QUESTIONS ET RÉPONSES

Nous recevons de multiples questions concernant le tri sélectif, les poubelles mises à la disposition du public, le recyclage des déchets, etc. Voici nos réponses, en quelques lignes :

  • Pourquoi ne reprenez vous que le plastique, le papier, le carton et les cannettes en aluminium dans vos dépôts de tri ? Que deviennent les autres déchets ?

90% des déchets de votre poubelle sont, bien sûr, recyclables. Nous avons pu trouver des entreprises disposées à faire la récupération de certains de ces déchets, à travers l’île, mais pour les autres déchets (plus encombrants ou plus dangereux), nous travaillons à trouver la meilleure solution pour leur stockage et leur transport vers les usines qui les recyclent.

Nous espérons pouvoir, avec votre collaboration, arriver à tout récupérer pour le recyclage… Notre but c’est le « Zéro Déchets » !

  • Pourquoi le verre n’est-il repris qu’à Curepipe ?

Le verre n’a, actuellement, pas de valeur sur le marché mondial. L’exportation se fait donc plus difficilement et l’entreprise qui le récupère n’est pas intéressée d’en prendre plus pour l’instant. Par ailleurs, la récupération faite dans un de nos dépôts peut s’avérer dangereuse ; il faudrait disposer de bacs spéciaux et de moyens plus sophistiqués.

Toutefois, nous savons que les embouteilleurs de vin Mauriciens sont disposés à reprendre certaines bouteilles si elles sont déposées à leur entreprise. Une de nos correspondantes nous partage son expérience :

« Puis-je vous suggérer une idée pour les bouteilles en verre (75cl, du type bouteille de vin) ? Je garde toutes mes bouteilles vides et quand j’en ai une vingtaine je les apporte a un négociant en vin qui me les reprend pour une petite somme certes, mais multiplié par 20 ça finit par faire des sous ! En échange j’achète une bouteille de vin de mon choix qui est discountée de la somme reçue en échange de mes bouteilles vides. Un win win situation en quelque sorte ! »

Mais il existe aussi d’autres solutions au problème du verre… Nous réfléchissons actuellement au moyen de les mettre en pratique.

  • Pourquoi peut-on mettre tous les plastiques dans certains conteneurs et pas dans d’autres ?

Nous nous adressons à diverses entreprises pour la récupération du plastique :

Polypet Recyclers Ltd. ne récupère que les bouteilles et se charge de vider les compartiments « plastique » de Curepipe, Flacq, Mahébourg, Trianon et Roches-Brunes. Les sachets de plastique, pots de yaourts, emballages divers ne sont donc pas permis dans ces dépôts.

Par ailleurs, Power Plastics Ltd. récupère les plastiques de tout genre dans les dépôts de Tamarin, Rivière-Noire, Grand-Baie, Labourdonnais, Beau-Plan et Le Caudan.

Vous pouvez vous référer aux panneaux placés sur les portes des poubelles, précisant les types de plastique permis ou interdits.

Toutefois, nous espérons pouvoir bientôt « uniformiser » la collecte du plastique dans toutes les poubelles.

  • Pourquoi met-on les cannettes en aluminium avec le plastique ?

Il n’y a pas de compartiment spécial pour la récupération du métal. Seules les cannettes en aluminium sont récupérées pour le moment. Ceux qui viennent faire la récupération du plastique peuvent, s’ils le souhaitent, vendre les cannettes à des recycleurs de métaux. Le plastique ne risque pas de s’abimer avec le liquide qui reste parfois au fond des cannettes. Elles ne pourraient pas être jetées dans le compartiment de papier, bien sûr.

  • Il y a souvent de gros sacs ou des grosses boites de déchets à côté des conteneurs.

Hélas, oui ! Mais l’effort doit venir de chacun. Ces conteneurs sont des « points d’apport volontaire», c’est-à-dire que chacun choisit d’y apporter ses déchets triés préalablement. Malheureusement, nous voyons parfois des sacs remplis d’items non triés ou parfois même non recyclables ; dans ce cas cela complique le travail de ceux qui viennent faire la récupération.

Si on arrive aux poubelles avec des sacs trop volumineux pour les glisser dans l’ouverture, on peut introduire seulement l’extrémité du sac et verser le contenu dans le compartiment correspondant au type de déchet.

L’équipe de Mission Verte n’est composée que de bénévoles ; notre tâche est de faciliter l’acheminement des déchets vers les lieux de recyclage et non de procéder au tri des ordures ménagères déposées auprès des poubelles. Ceci devrait être fait par chacun à la maison.

  • Pourquoi les camions ne passent-ils pas plus souvent ?

Il faut savoir que Mission Verte ne dispose d’aucun véhicule, et compte exclusivement sur les camions des compagnies de recyclage pour la récupération. Le tri sélectif prenant de plus en plus d’ampleur, il leur est difficile parfois de suivre le rythme : une poubelle est à peine vidée qu’elle est remplie de nouveau, très vite. Nous espérons pouvoir améliorer le système bientôt et vous remercions de votre compréhension et de votre patience.

  • Pourquoi ne placez vous pas plus de poubelles sur toute l’île ?

Ces poubelles coûtent cher et nous ne disposons d’aucun moyens financiers. Nous avons actuellement une douzaine de dépôts grâce aux fonds obtenus du GEF/Small Grants Programme de l’UNDP, et à l’aide de plusieurs sponsors. Nous pourrons placer d’autres poubelles seulement si des entreprises ou organisations nous viennent en aide financièrement, et si nous sommes assurés qu’elles seront desservies régulièrement.

  • Pourquoi ne pas mettre une poubelle normale à côté de chaque poubelle de tri ?

Là encore, il s’agit de manque de fonds. Nous devons aussi avoir la permission des propriétaires des terrains sur lesquels nos poubelles sont placées. Mais, bonne nouvelle, la Municipalité de Curepipe nous a promis, prochainement, l’installation d’une poubelle générale à côté de la nôtre. Cela évitera que les personnes mal informées y jettent des déchets qui pourraient polluer ceux qui sont recyclables.

  • N’êtes-vous pas découragés de l’ampleur du travail ?

Rien que la satisfaction de voir l’énorme volume de déchets recyclables qui étaient auparavant jetés à la poubelle, atteindre les lieux où ils pourront avoir une deuxième vie, au lieu d’augmenter la pollution de Mare Chicose, c’est plutôt encourageant !

Nous pensons qu’en peu de temps, un grand nombre de mauriciens s’est adapté très facilement au système de tri sélectif, et qu’avec une organisation mieux structurée, nous pouvons avoir de bons résultats.

Nous ne sommes qu’un maillon de la chaîne et la participation de tous est nécessaire pour réussir! Nous comptons sur vous pour nous y aider. Si vous souhaitez adhérer à notre organisation, vous pouvez imprimer et remplir le formulaire ci-joint et nous le renvoyer à l’adresse indiquée.

Cordialement

MISSION VERTE

missionverte@hotmail.com

No comments:

Post a Comment

http://www.mauritiusblogtracker.com