Friday, February 5, 2010

Recyclage des piles

Bonsoir a tous !

Un petit post mettant en avant le recyclage des piles a Maurice.

Depuis quelques mois maintenant, nous pouvons deposer nos piles usagees dans toutes les boutiques Mauritius Telecom a travers l'ile.

Cette initiative vient de MT et de Mission Verte. Il me semble que le Rotary a un role tres important. Mais je dois double confirmer cela.

Voici un article sur cette collecte.

Et pour rappel, le site Mission Verte est operationnel avec des Newsletters ! www.missionverte.com


La collecte se fait très lente

La collecte de vieux téléphones portables et piles usagés en vue du recyclage, projet lancé par Mauritius Telecom en collaboration avec plusieurs autres organisations, n'a pas vraiment accroché. En trois mois, seulement 150 kg de piles et 3,5 kg de portables ont été collectés, alors qu'il faut 38 tonnes de ces deux produits pour remplir un conteneur chez BEM Entreprises, chargé de son expédition à des fins de recyclage à l'étranger.

" Maurice importe 25 millions de piles annuellement et le volume collecté n'est que très faible. Où vont les piles usagés depuis des années ? ", lance Bashir Mahamode, responsable de ce projet à Mauritius Telecom, qui a placé deux boîtes dans chacun des 18 magasins de MT à travers l'île, en vue de faciliter la collecte. Ces 25 millions d'unités équivalent à 750 tonnes de piles qui sont jetées dans les poubelles et de là, elles finissent au centre d'enfouissement de Mare-Chicose. Un grand volume finit aussi dans la nature - les jardins et autres champs de canne, le lit des rivières et les terrains en friche et abandonnés.

Pour Cyprien Mateos, haut cadre de MT, le grand défi est de remplir ce conteneur " et le jour où on le réussira, ce sera le premier aboutissement de notre démarche. " Pour y arriver, il y a encore beaucoup de travail à faire, d'autant plus que beaucoup de Mauriciens ne semblent pas être vraiment conscients des enjeux et du combat que mènent d'autres pour la protection de l'environnement. Christine Sauzier, un des responsables de l'Ong Mission Verte, ajoute que " c'est plus difficile qu'on ne le pensait de sensibiliser les Mauriciens par rapport à la protection de l'environnement. " " Nous poursuivons quand même notre campagne de sensibilisation à la collecte des piles et des portables usagés. Cette année, nous nous rendrons dans les écoles, les mouvements des jeunes et les centres sociaux pour informer les gens, grands et petits, du danger que représente les piles usagés ", indique-elle.

M. Mateos explique que MT est dans la première phase de ce projet de collecte de recyclage des piles et des portables usagés. La prochaine étape passe obligatoirement, selon lui, par la sensibilisation à deux niveaux - grand public et étudiants. Le grand public aura droit bientôt à des spots télévisés qui lui expliqueront pourquoi il ne faut pas jeter les piles dans la nature et l'importance de les placer dans les boîtes prévues à cet effet. Ensuite, les élèves seront sensibilisés. MT va, en outre, étendre son réseau de collecte en multipliant le nombre d'endroits où seront placées les boîtes. " Il nous faut être proche du public car si l'effort pour s'en débarrasser est trop important, les gens seront moins enclins à le faire. Seuls ceux qui sont vraiment sensibilisés le feront ", souligne M. Mateos.

Ce dernier indique que ce projet cadre avec le programme de Corporate Social Responsibility (CSR) de son entreprise en matière d'environnement. " Nous vivons sur une île et tout ce qu'on jette va nous handicaper à l'avenir. Il faut, donc, absolument faire le tri. Si on ne le fait pas, on va augmenter le volume de déchets dans l'île ", déclare-t-il, avant de faire ressortir qu'il va falloir, à l'avenir, collecter d'autres items électroniques dont se débarrassent le public en les jetant dans la nature et dans les dépotoirs.

Que fait la BEM des piles et des téléphones portables collectés ? Ils sont triés par catégorie avant d'être enfermés dans des fûts en plastique, couverts et sécurisés. " Lorsqu'on atteindra le volume requis pour l'exportation, nous les mettrons dans un conteneur avant de l'exporter vers nos partenaires à l'étranger qui se chargeront de les recycler ", explique Berty Malabar, directeur de BEM Entreprises. Le recyclage, selon lui, ferait baisser le coût de ces mêmes produits à l'avenir car les matières recyclées reviennent, par la suite, dans la production. De ce fait, on puisera de moins en moins de la Terre.

Source : Le Mauricien avec son lien Lien

1 comment:

http://www.mauritiusblogtracker.com