Monday, August 23, 2010

Le suremballage

Bonjour à tous !

Un petit article sur le suremballage de nos produits.
Ca me fait penser que je dois vider mes poubelles "Carton" et "PET" dans le containeur MISSION VERTE de Pointe aux piment.

Ca s'accumule, ca s'accumule...


"Consommation

Les emballages nous embarrassent

Nos poubelles débordent des emballages superfl us qui habillent les produits de consommation. Une prise de conscience collective s’impose pour réduire une production de déchets aussi polluante que coûteuse.

Diffi cile aujourd’hui de faire sans les emballages. Tantôt aguicheurs, tantôt informatifs, ils sont présents sur pratiquement tous les produits de consommation courante. A tel point qu’ils composent l’essentiel des ordures que nous produisons chaque jour. Ce sont autant de sources inutiles et coûteuses de pollutions diverses qui s’accumulent chaque jour dans nos poubelles. Il suffi t pour s’en convaincre d’examiner les chiffres du Central Statistics Of- fi ce. En dix ans, les déchets produits par les ménages mauriciens ont plus que doublé. Chaque Mauricien a ainsi produit 339 kilos de déchets en 2009 contre 154 en 1999. Sur les 415 947 tonnes de déchets enfouies à Mare-Chicose l’année derniére, 389 999 tonnes ont été générées par les ménages. Une tendance inquiétante qui met à mal le projet « Maurice île durable », dont rêvent nos politiques. Cette augmentation du nombre de déchets ménagers s’explique en partie par l’augmentation des emballages qui accompagnent les produits que nous consommons tous les jours. Sachets « fraîcheur », boîtes en carton, barquettes, dépliants de présentation, fl ocons de calage ou encore fi lm en plastique s’entassent irrémédiablement dans nos poubelles aprés chaque excursion au centre commercial.

60 % du prix d’un produit

S’ils polluent, ces conditionnements coûtent également cher. Dans certains cas, l’emballage d’un produit peut représenter jusqu’à 60% de son prix, confi e un cadre de la grande distribution à Maurice. « C’est l’agressivité marketing que se livrent les différentes marques qui est en partie responsable de cette situation. C’est à qui attirera le plus l’oeil et donnera l’impression au consommateur que le produit est de meilleure qualité », explique le responsable d’une agence de pub, qui a souvent été amené à travailler sur l’habillage des emballages. Et de prendre comme exemple cette boîte d’oeufs en plastique entourée d’un emballage carton avec à l’intérieur un petit imprimé qui présente les conditions « exemplaires » dans lesquelles ont été produits les oeufs. Les gros logements sont souvent relégués dans un coin des rayons, loin des autres produits d’appels. « Si les gros logements sont moins mis en avant, c’est aussi parce que la marge des enseignes est moindre. Ils ont tout intérêt à privilégier les autres produits puisqu’ils leur rapportent plus », analyse un ancien responsable de supermarchés. Les gérants de grandes surfaces soulignent pour leur part n’infl uencer en aucune maniére le choix des consommateurs. « Nous privilégions le libre choix. Le client est roi, c’est donc à lui de choisir le produit qui lui convient le mieux », fait ressortir Pascal Sin, de Super U. De fait, les consommateurs privilégient des produits dits « pratiques » - repas précuits et légumes pré-coupés."

source : www.lexpress.mu

Greenement votre

No comments:

Post a Comment

http://www.mauritiusblogtracker.com