Wednesday, October 3, 2018

Efficacité énergétique du secteur des service - article de presse



Bonjour à tous,

Voici un article sur l'efficacité énergétique (transition énergétique) du secteur des services.
Source : https://defimedia.info/efficacite-energetique-la-consommation-du-secteur-des-services-ciblee

Efficacité énergétique : la consommation du secteur des services ciblée



ceb
L’Energy Efficiency Management Office (EEMO) veut savoir comment et pourquoi le secteur des services consomme l’électricité. Objectif : dresser un plan pour la réduction de la consommation.
Les clients du Central Electricity Board (CEB) de la catégorie commerciale, celle qui comprend le secteur des services, compte pour 46% de la consommation d’électricité du pays. C’est ce qu’indiquent les derniers chiffres de Statistics Mauritius pour l’année 2017. L’Energy Efficiency Management Office (EEMO) veut s’attaquer à la consommation d’électricité de ce secteur et cherche une compagnie qui sera capable de mener une étude dans tous les sous-secteurs concernés. L’idée est d’identifier les plus grandes sources de consommation d’électricité avant de formuler un plan capable de la réduire.
Si des données sur la consommation d’électricité du secteur des services sont disponibles, il n’en existe pas en termes des sous-secteurs. Il est donc impossible au EEMO de déterminer si l’énergie est utilisée de manière efficace dans chaque secteur ou encore vers quelles fins l’électricité est utilisée dans chaque secteur. Les sous-secteurs concernés par l’étude comprennent le commerce en gros et en détail, le stockage, la restauration, les TCI, les services financiers, l’éducation, la santé ainsi que les arts et les divertissements.
Kendall Tang, président de l’EEMA, explique que ce rapport suit de près celui qui est en cours de finalisation sur le secteur de l’hôtellerie et de l’industrie. « Les données dont nous disposons actuellement ne nous permettent pas de comprendre comment l’énergie est utilisée, explique-t-il, il s’agit d’une étude préliminaire et orienter les décisions futures.» Le rapport devrait donc identifier les secteurs qui demandent des efforts particuliers et pourra donc servir à orienter les actions de l’EEMO. « On saura où il y a le plus de gaspillages et où nous devons agir en priorité », ajoute Kendall Tang, qui assure que ce ne sera pas un rapport qui dormira dans un tiroir.

L’absence d’impact des rapports

C’est justement ce que craint son prédécesseur, Khalil Elahee, spécialiste de la question énergétique de l’Université de Maurice (UoM). « Nous avons déjà fait beaucoup d’études dans le passé, explique-t-il, le problème c’est ce qu’on fait de ces études par la suite. » L’ancien président de l’EEMO rappelle des études financées par l’Union européenne et l’Agence française de développement et se dit «sceptique » quand à l’impact des rapports qui sont en préparation actuellement. « C’est quelque chose qui me chagrine en tant qu’ancien président… », avoue-t-il.
Selon lui, tout est dans les ‘terms of reference’ de l’appel d’offres pour trouver la compagnie responsable de l’enquête. « Les hôtels, les BPO et tout ce qu’on appelle shopping mall sont de gros consommateurs », indique-t-il, tout en rappelant que le secteur des BPO bénéficie d’un tarif à 50% du coût de production. « Ce sont des secteurs qui doivent être prioritaires », affirme Khalil Elahee.
Ce qui explique l’absence d’impact des rapports précédents ? C’est une affaire de culture, selon le spécialiste de l’énergie. « À tous les niveaux, l’idée d’économie nous est étrangère, argue l’universitaire, nous sommes dans une société de consommation qui n’aime pas réduire le gaspillage. On manque de rigueur et nous tombons dans la facilité. Nos institutions résistent au changement, cela fait partie de notre éducation même. » Pour y mettre un terme, il faudrait de larges consultations avec les acteurs concernés et le rapport qui en ressortirait devrait être rendu public.
Il faudra toutefois encore patienter pour avoir une idée de l’efficacité des prochains rapports de l’EEMO. Celui sur l’hôtellerie et de l’industrie devrait être prêt d’ici la fin de l’année et celui sur le secteur des services d’ici début ou mi-2019.
Le poids du tarif commercial dans la consommation d’électricité
  • 46% de l’électricité vendue par le CEB sont allés aux commerces en 2017.
  • No. de clients : 42 761.
  • Facture : Rs 7 millions.
  • L’électricité représente 82% de la consommation énergétique des commerces.

No comments:

Post a Comment

Logo

Logo